EDITION 2024

Présentation du thème

de la 14e édition du Festival cinéma et réconciliation à La Salette

A l'écoute ?

Du samedi 26 octobre au mardi 29 octobre 2024

 

Le cinéma est une histoire de rencontres, d’un réalisateur, de ses scénaristes et acteurs – sans oublier les techniciens – avec un public.Les Frères Lumière ont dit du cinéma  » qu’il est une rencontre avec le réel  » et Georges Méliès que « le cinéma est une rencontre avec l’imprévu/ l’improbable/l’impossible « . Il permet aussi des rencontres autour de films, comme à sa modeste place, notre festival annuel fin octobre à La Salette – lieu de rencontres de la Belle Dame et de deux bergers – entre pèlerins en chemin spirituel.

 

Le thème 2024 de cette 14ème édition s’inscrit dans la dynamique du sanctuaire de La Salette cette année autour du verbe : Écouter (suivi en 2025 de Partager).

Après notre festival 2023 autour du thème de la rencontre de l’autre, l’Association Cinéma -Rencontres à La Salette en Isère propose de pouvoir échanger pendant 4 journées, du samedi 26 matin au mardi 29 octobre après-midi, sur des films consacrés à l’écoute.

 

Le silence, loin du brouhaha de notre vie et de nos sociétés, peut permettre une vraie écoute et  faire  advenir une Parole qui elle aussi soit vraie. Loin de l’écoute passive, l’écoute active doit se positionner sur cinq impératifs : l’accueil, se centrer sur ce que l’autre vit et non seulement sur ce qu’il dit, s’intéresser à l’autre plus qu’au problème lui-même, être dans un vrai respect de l‘autre et être un véritable miroir. Pour Carl Rogers et la psychologie positive, il est indispensable de se situer dans l’empathie et la non-directivité pour qu’il y ait une vraie écoute de l’autre.

Le cinéma dans son histoire et son actualité a mis en scène de vrais dialogues, au sens propre comme figuré, où l’écoute est première.

 

Depuis le Sh’ma Israël, « Écoute Israël », tout itinéraire spirituel se veut être avant-tout celui de l’écoute, mais cette posture n’est pas facile à garder dans notre relation à l‘autre, quel qu’il soit. Notre caractère, notre culture, nos à-priori nous poussent souvent plus à parler qu’à écouter. Il faut se retourner intérieurement pour pouvoir écouter réellement, se convertir pour s’ouvrir à la parole de l’autre. Selon André Gromolard, prêtre du diocèse de Lyon, « écouter c’est commencer à se taire » et « c’est ne pas chercher à répondre à l’autre, sachant qu’il a en lui-même les réponses à ses propres questions ». Pour Otto Scharmer, universitaire spécialisé dans l’innovation intersectorielle, il y a plusieurs niveaux d’écoute : l’écoute sélective, celui de la curiosité intellectuelle, l’empathie et grâce à notre capacité de présence, savoir sentir les interactions dans un groupe.

 

Depuis le cinéma muet, le son, la musique, les bruits ont une place primordiale dans les films et voir des films veut dire aussi les écouter, c’est ce que l’on appelle « l’écoute filmique ». L’ingénieur du son ou le chef opérateur du son (Sound Designer, disent les anglo-saxons «  Concepteur sonore ») a vu sa place se développer aux côtés des opérateurs de l’image ou de la lumière. Pour Michel Chion, spécialiste du son au cinéma, le son apporte sa part « sensorielle, informative, sémantique, narrative, structurelle et expressive ». Claudine Nougaret, ingénieure du son et productrice des films de Raymond Depardon, explique, l’image au cinéma étant prépondérante, « qu’elle fait du son pour une image mais qu’il faut que l’image laisse du temps au son ». Pour François Caillat, réalisateur et écrivain, chaque film propose un parcours sonore en cinq chapitres : les sons musicaux, les sons langagiers, les sons de l’environnement, le rapport entre écouter et voir, et les sons imaginés. Écouter ou entendre ne signifie pas la même chose et l’exigence de prise en compte de ce qui est dit ou exprimé  de façon sonore doit être première. Dans la vie comme au cinéma, chacun peut reprendre une expression percutante de François Caillat :« j’aimerais comprendre tout ce que j’écoute, comment je l’entends, pourquoi c’est là ».

 

Les films, sélectionnés et présentés par des cinéphiles et des professionnels du cinéma, sont porteurs de réconciliation et d’espérance et témoignent d’un positionnement inconditionnel d’écoute. Ils nous aideront à comprendre comment dans nos propres vie, nous pouvons laisser une place plus importante à ce positionnement fondamental dans toute communication. Les participants feront aussi l’expérience de la place du son et de la musique dans les films et pourront aiguiser leur sens de l’écoute.

Les échanges et débats avec le public, de plus en plus fidèle et participatif, nous permettront d’aller plus loin dans la compréhension du message de ces films et de leurs réalisateurs et nous veillerons à être à l’écoute des uns des autres.

Les films, sélectionnés et présentés par des cinéphiles et des professionnels du cinéma, sont porteurs de réconciliation et d’espérance et témoignent d’un positionnement inconditionnel d’écoute. Ils nous aideront à comprendre comment dans nos propres vie, nous pouvons laisser une place plus importante à ce positionnement fondamental dans toute communication. Les participants feront aussi l’expérience de la place du son et de la musique dans les films et pourront aiguiser leur sens de l’écoute.

Les échanges et débats avec le public, de plus en plus fidèle et participatif, nous permettront d’aller plus loin dans la compréhension du message de ces films et de leurs réalisateurs et nous veillerons à être à l’écoute des uns des autres.