Terre Féconde notre Thème 2020

Nous avons choisi d’inscrire nos onzième rencontres Cinéma et Réconciliation à la Salette sous le thème de la Terre Féconde.Le premier vocable Terre est à entendre là comme une figure de style : comme le toit qui évoque la maison au sens du foyer, la terre, substrat de surface, renvoie à toute une planète.Terre, terre, s’exclame les hommes de la mer lorsque l’horizon sans limite laisse deviner une côte. Qu’il s’agisse de la destination, d’une découverte ou du retour au bercail c’est à la terre mère, au sein maternel, et non à la patrie, terre des pères, que renvoie l’exclamation.Avant la terre ferme, il y a des millions d’années, il aura fallu que les eaux se séparent de la roche mère. Combien de millénaires, pour que l’usure de la roche sous l’action du soleil, du vent, du gel et de l’eau , commence à produire le sable et la terre.Dépôts successifs de sédiments, de matières en décomposition, donnant peu à peu ce substrat de surface constitué de matières organiques, de minéraux, de milliards de micro organismes, d’une micro faune à foison, toute une richesse qui abrite et porte la vie pour devenir la terre nourricière.Couche de terre inégalement répartie à la surface de la planète : de quelques centimètres à peine vers les pôles jusqu’à plusieurs dizaines de mètres à l’équateur.Couche alors elle même divisée en de multiples sous couches par la science qui étudie la formation et l’évolution des sols dans toutes leurs diversités. Terre mère, Terre féconde par excellence ; c’est d’elle que le créateur extrait la glaise pour faire l’Adam. Adam signifie littéralement « le terreux ». Le livre de la Genèse présente Adam comme étant le premier homme façonné par Dieu à partir de la terre et la place de cet homme est un jardin…

Les hommes se nourriront pendant des millénaires des fruits de la terre, simples chasseurs cueilleurs, avant d’apprendre laborieusement à cultiver, à découvrir puis à faire donner par la terre, l’immense variété de végétaux que nous connaissons aujourd’hui.Les terres dans leurs grandes diversités de texture, de couleurs, de matières deviennent des terroirs qui désignent des régions naturelles, considérées comme homogènes, à travers les ressources et productions qu’elles sont en mesure d’apporter. La rusticité du terroir réveille la mémoire d’un passé , d’un temps paysan qui ne rend pourtant pas compte de la réalité moderne des terres exploitées industriellement pour l’agriculture, pour l’extractivisme de ressources toujours plus rares, les pénuries à venir portant moins sur les précieuses terres dites rares que sur le sable, le fer…L’homme moderne se prépare à vider les déserts, à ne laisser que des surfaces de roches et de poussières, perspectives qui, il y a peu auraient défier l’entendement !Le terroir, très à la mode, occulte, s’il en était possible, les terres exploitées, éventrées, exsangues, rendues infertiles par les pollutions et les techniques déraisonnables mises en œuvre par la société industrielle.Une économie mondiale fondée sur une croissance sans limites, incapable de prendre la mesure des dégâts commis , des indispensables changement de pratiques et du coup d’arrêt qu’il faut mettre à l’exploitation désastreuse des terres.Terre féconde, sacrifiée à l’artificialisation, au bétonnage, confisquée à des dizaines de millions de petits paysans, chaque année chassés, spoliés de leurs terres.Planète terre à l’asphyxie, non seulement les sols mais l’air, les eaux et jusqu’à l’espace environnant regorgent de déchets polluants. Les menaces liées au réchauffement climatique brandies depuis des années prennent corps dans la réalité . Les forêts en de gigantesques feux incontrôlables subissent d’irréversibles pertes de biodiversité et la montée des eaux qui submerge îles et basses régions côtières force la migration de populations désemparées.Le constat est sans appel et les sirènes de l’effondrement annoncé par la collapsologie sont anxiogènes.Terre féconde n’exprime cependant pas la nostalgie d’un paradis perdu, ni anachronisme, ni survivance rétrograde.Terre féconde manifeste la capacité de résistance d’une nature qui n’est pas sous la seule emprise d’une humanité déraisonnable et qui survivra au désastre causée par les hommes.Nous proposons à notre onzième édition des rencontres cinématographiques de célébrer  la beauté de la terre et les ressources de son génie , le miracle de la croissance de l’arbre , l’empreinte écologique des colonies d’abeilles que l’on serait tenté de dire nulle s’il n’y avait l’immense service rendu à l’écosystème environnant .La nature est pour l’humanité source de joie et d’intelligence, de l’agroforesterie au biomimétisme elle inspire déjà de nouvelles générations désireuses de travailler à la renaissance d’une terre en partage.Terre féconde porte aussi des hommes et des femmes qui agissent, pensent et inventent de nouveaux modes d’habiter et d’être au monde.

Les commentaires sont fermés.